Historique

Le 5 novembre 1994, Journée nationale du Droit au Logement, des associations et des personnes « sans domicile fixe » investissent un bâtiment de la C.R.A.M., situé avenue de Lodève à Montpellier, pour une journée symbolique.

A l’issue de celle ci, certaines associations poursuivent le mouvement, et un squatt s’organise.

En mars, se créé le « Collectif 139 », regroupant 17 associations, qui revendique le squatt comme un lieu alternatif à ce qui existe comme réponse institutionnelle mise en place au bénéfice des «  sans abri ».

Elles écrivent un document. Des universitaires s’y intéressent en tant que laboratoire de nouveaux rapports possibles de la société à « l’exclusion »

 Au mois d’ août 1995, un référé d’évacuation est mis à exécution. Les médias locaux et nationaux donnent une large audience à cet événement.

Un immeuble, situé au 14, rue Alfred Bruyas, est proposé par les Pouvoirs Publics. Il est refusé par des associations, par fidélité au projet du collectif, accepté par d’autres qui jouent le jeu de l’institutionnalisation.

Une association, loi 1901, est constituée sous l’appellation « Maison de la Solidarité », dont les statuts sont déposés le 18 décembre 1995.

Une équipe, composée d’un directeur, de deux accompagnateurs – dont l’un des membres fondateurs du collectif 139 – et de deux surveillants de nuit, est recrutée. Le 15 janvier 1996, la structure ouvre ses portes, accueillant en priorité les hommes et femmes, résidents de l’ex squat de la C.R.A.M.

 Le 21 août de la même année, la Maison de la Solidarité doit cesser en grande partie ses activités, à la suite d’une montée progressive de situations violentes, révélatrices de la fragilité du montage institutionnel effectué dans l’urgence, et d’un Conseil d’Administration, totalement éclaté dans des représentations très disparates de ce que devait et pouvait être la Maison de la Solidarité, entre institution et lieu autogéré.

En octobre 1996, un administrateur provisoire, nommé par le Préfet, prend ses fonctions. A cette époque, bénéficiant du soutien de la D.D.A.S.S., quelques administrateurs ont décidé de poursuivre l’aventure. Conjointement, l’équipe rédige un projet institutionnel. Le Conseil d’Administration du 18 novembre 1996 l’adopte. A partir du 25 novembre des résidents sont à nouveau hébergés.

Lors de l’Assemblée Générale extraordinaire du 21 janvier 1997, il est procédé à l’adoption de nouveaux statuts, ainsi qu’à la modification du nom de l’Association désormais « GEST-A-RE (Gestion Animation Recherche) qui gère l’institution « Oustal »

Le 1er avril 1998, l’Oustal obtenait l’agrément C.H.R.S. (Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale)

Pour en savoir plus : Historique de l’association